Un+Une

Amma Ce mardi de début janvier, séance ciné planifiée depuis plusieurs semaines pour voir "Un+Une". Une amie proche l'avait encensé, j'avais répondu "ouais bof, Lelouch moi...." , "mais tu as vu une bande annonce ?". Ah mais non, jugement direct, préjugé, basé sur un soi-disant référentiel de "j'aime/j'aime-pas".... La différence avec "avant" c'est que je n'aurai même pas regardé la bande-annonce , même avec Jean Dujardin dedans !

Après 30 secondes de bande-annonce sur internet, les larmes coulent, les frissons me traversent. OK, le signal est clair, et je l'écoute.

Alors, c'est parti pour cette sortie de rentrée avec une chère amie. Sortie parisienne puisque l'un des rares cinémas à proposer des séances en journée. Nous ne serons que toutes les 2 dans la salle ; on pourrait croire une projection privée alors nous savourons ce privilège. Juste Elsa Zylberstein et Jean Dujardin qui rencontrent Amma,rien que pour nous , épatant !!

Les gros plans sont nombreux, les émotions se lisent et se ressentent.
Arrive la scène de la rencontre avec Amma (oui, je spoile un peu l'histoire mais on s'en doute quand même dès le début), grand moment d'intensité.

Ces 2 acteurs sont alors justes 2 êtres humains au milieu des autres, connectés à eux-mêmes et à lâcher -sans doute- des fonctionnements, des croyances, des idées. Je leur souhaite d'avoir vécu ce moment aussi intensément qu'ils le transmettent à l'écran. Vous allez dire que je suis vraiment émotive et sensible mais j'ai laissé mes larmes rouler, comme si à mon tour, je me chargeais de cette force.

A l'issue de la séance et encore plus une nuit après, je me sens bouleversée, comme si j'avais été percutée. Mazette, encore une prise de conscience !
je réalise l'attachement que j'ai à ceux qui m'entourent, le bien être de vivre à leurs côtés et alors je savoure encore plus intensément cette solidité qui me pose au sol, bien ancrée sur mes 2 pieds.

amma jean dujardin elsa zylberstein claude lelouch un+une