Ma Liberté

Liberte"Ma liberté, tu as su désarmer toutes mes habitudes,..." , Serge Reggiani fredonne sur Radio Medecine Douce. Je me laisse envahir par les paroles. Tiens, mais pourquoi résonne-t-elle aujourd'hui plus que la dernière fois ?

Nouvelle étape franchie, nouvelle prise de conscience, encore une ! Mais ça n'arrête pas !! mon Chemin de Vie se décore de lumières qui me devancent comme pour montrer la Voie et une nouvelle ampoule vient de s'allumer (pas d'affolement le colibri, c'est un éclairage solaire qui utilise une energie propre ;-)

Lacher ses habitudes, ses croyances ne se fait pas en un jour et comme cela m'a été rappelé très récemment, ce n'est pas en décidant  de "ne plus être...." que "je deviens".
Il ne suffit pas d'un claquement de doigt : "allez hop, c'est bon maintenant, je ne suis plus le capitaine-de-vaisseau de la maison, je ne régente plus le quotidien, je ne suis plus indispensable".

Nos croyances sont très ancrées, souvent depuis l'enfance, construites avec nos vécus, notre héritage.

En régentant la vie de la maison, je suis certaine de diriger, comme je l'entends, de ne pas être écrasée, je prends le pouvoir pour ne pas le subir.
Alors, en ouvrant les yeux, je me rends compte qu'à jouer ce jeu de pouvoir, c'est moi qui écrase, qui étouffe, qui empêche les autres de déployer leurs ailes, pour avancer lumineusement sur leur propre chemin et non pas sur le chemin que je voudrai qu'ils prennent, avec leurs propres choix même si le gadin est prévisible, je laisse faire, sans agir, accepter ce qui est là.
De quel droit saurai-je mieux qu'une autre ce qui est bon pour l'autre ? AUCUN.

Pourtant, il me semblait que cette part d'ombre avait été nettoyée il y a quelques mois... Et là voilà qui resurgit... regression ? mais non, simplement un rappel pour être mise en lumière, pour pouvoir être acceptée, de façon encore plus vaste, plus grande.

Je réalise que c'est tout mon quotidien, mon activité, mes loisirs, mes amitiés... que je fais retomber dans ce jeu obscur.

Changer ma façon d'Etre à partir de 10h21 ce mardi 8 mars ne changera rien, bien au contraire : cela m'emmenerait de nouveau dans le contrôle, et si le raisonnement suit son cours, je suis dans une spirale infernale de contrôler pour ne pas contrôler....oulààà.....

Alors, j'observe....spectactrice...non pas en mode passive, style : je me pose et je regarde la Vie passer à côté de moi. Non, lorsque j'agis, lorsque je ressens, je laisse mon esprit flaner sur cette attitude, la bienveillance à l'égard de moi-même se révèle de nouveau.

Je me dis que mon chemin, et peut être plus généralement, que nos Vies à nous, humains, sont constituées comme les sinusoïdes en mathematiques, de belles courbes qui montent et qui descendent, comme la nature vallonnée, comme le rythme de la respiration profonde...

Nous avons tous et toutes cette liberté de lâcher nos pentes obscures pour aller vers plus de lumière, à nous de décider d'ouvrir les yeux, sans juger !